Telenovela, suite...

Publié le par Gorgonzolla

Une longue période de silence, un post sur Paris, un article un peu loufoque sur une boule de levain ... Bilan des courses, je m'aperçois que cela fait bien longtemps que je ne vous ai plus donné de nouvelles de ma jeune collégue... D'ailleurs, j'en vois quelques uns au fond qui se fichent bien de savoir qui est Hermann... Les mêmes qui commencent à trépigner d'impatience de n'entendre parler que du printemps parisien...

Que les lecteurs reviennent et que les lectrices se rassurent!  La telenovela avec ma jeune collégue n'est pas terminée, la demoiselle reste toujours aussi présente dans mes pensées et gageons que de nombreux autres articles la concernant viendront de temps à autre émailler ce blog...

Après tout ce temps écoulé, je n'arrive toujours pas à bien qualifier cette relation qu'il y a entre elle et moi... Je sens une sympathie réciproque, une complicité certaine... Peut-être un soupçon d'admiration de part et d'autre... En tout cas, un profond respect mutuel...

Mais au delà de tout cela, j'ai l'étrange impression qu'il y a autre chose... Quelque chose dépassant la simple relation entre collégues, quelque chose d'implicite, à la fois solide et fragile...

Ces derniers soirs, nous faisons assez souvent le chemin du retour ensemble...  Retour à la case Départ, me direz vous? Pas forcément, car les circonstances sont un peu différentes...

Dans la journée, nous n'avons que rarement l'occasion de discuter ensemble. En fait, ni elle, ni moi ne cherchons plus à multiplier les contacts, moi ne souhaitant pas l'étouffer ou la gêner, et elle respectant sans doute ma distance.  Du coup, il se passe parfois des journées où nous ne nous retrouvons qu'au moment de quitter le bureau... Elle me fait toujours signe avant de partir, et inversement, je la préviens toujours avant d'y aller... C'est peut-être un peu une façon implicite de se dire qu'on s'apprécie... En tout cas, c'est toujours un moment trés agréable. Nous commençons un peu à reparler d'autres choses que des collégues et de ce qui touche au travail et surtout, les sourires sont progressivement revenus...

Cette relation entre elle et moi, je la trouve étrangement solide... Elle peut parfois se fissurer, mais j'ai l'impression qu'elle ne se cassera jamais. C'est une relation magique qui a le don de pouvoir toujours se reconstruire...  Mais je la trouve fragile aussi car je me dis qu'elle est à la merci du moindre dérapage...

 

 

<< Précédent - Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chtite romantique 28/04/2007 20:35

Offre- lui "orgueil et préjugés", et fais le mort pendant quelques temps

Gorgonzolla 29/04/2007 01:27

Je vais peut-être le lire avant... Mais pourquoi pas?

bouboule (de levain) 28/04/2007 20:32

offre lui un petit d'Hermann, elle va craquer

Gorgonzolla 29/04/2007 01:26

J'ai déjà vu sa réaction pour trois pauvres clémentines... Et puis je ne suis pas tellement sûr qu'elle soit ravie d'accueillir Hermann!!

mintu 28/04/2007 20:29

solide, mais à la merci du moindre dérapage, hein ?C'est pas un peu contradictoire, monsieur le Marquis ?

Gorgonzolla 29/04/2007 01:21

La vie est pleine de contradictions... Cela en fait une de plus que je cherche à comprendre...