Errare humanum est...

Publié le par Gorgonzolla

Je suis d'accord avec votre point de vue, Maître Giusepe... Une femme intelligente ne reprochera très probablement jamais à quelqu'un d'avoir des sentiments pour elle. Très certainement, elle ne tiendra pas non plus rigueur d'un éventuel aveu de sa part...  Car effectivement, aimer n'est pas une faute et l'avouer non plus...

Mais à mon avis, les choses ne sont pas aussi simples et  si avouer un amour n'est jamais une faute, le faire sans discernement est toujours une erreur, car cela reviendrait à penser uniquement à exprimer ce que l'on ressent, sans tenir compte de ce qu'il pourrait en advenir... Cela reviendrait à oublier que chaque histoire a son contexte particulier, cela reviendrait à ne pas considérer l'autre, sa vie, son environnement, ses contraintes, etc...

Dans ma situation, le fameux mail envoyé dans la précipitation et sous le coup de l'émotion à ma jeune collégue, contenait  l'aveu d'une certaine attirance.  Elle ne m'a jamais fait de reproches à ce sujet et je ne pense pas qu'elle m'en ait jamais voulu pour cet aveu.

Ce mail n'était pas encore une déclaration en bonne et dûe forme... Pourtant, il a suffi à rendre explicite et gênante une situation ambigue mais cordiale...

Ce ballon d'essai m'a tout de même permis de collecter un certain nombre de réponses, la non-réponse pouvant quand même être considérée comme une forme de réponse et étant d'ailleurs la réponse paradoxalement la plus explicite...

Avouez, Maître Giusepe, qu'il serait délicat, dans un contexte professionnel, de tenter de pousser l'expérience plus loin....

Je ne résiste pas à l'envie de vous faire part de quelques principes glânés au cours de mes lectures... Vous me direz ce que vous en pensez...

  • - Principe 1: "Ne pas faire d'erreur est une erreur"
  • - Principe 2: "Faire une fois une erreur n'est pas une erreur"
  • - Principe 3: "Faire deux fois cette erreur est une erreur"

Pour l'instant, je pense avoir mis en pratique les deux premiers principes ( premier pas franchi, ballon d'essai lancé...) ... Mais je garde bien à l'esprit le troisième...

Sinon, pour en revenir à votre commentaire, la comparaison avec Cyrano de Bergerac est très exagérée flatteuse et me pousse à m'interroger sur moi-même...

Vous parliez d'onirisme? Rassurez vous...  C'est uniquement parce que vous ne me connaissez qu'au travers de mon blog...

Vous me voyiez romantique? Oui, sans doute...  

Avec une dose d'héroïsme? Ca par contre, rien de moins sûr...  Car pour être héroïque, il faut être courageux, et quelqu'un de courageux n'aurait pas hésité à aller jusqu'au bout et à  faire deux fois la même erreur, histoire de pouvoir définitivement passer à autre chose...

 

 

<< Précédent - Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Frédérique 04/03/2007 23:00

"Les erreurs sont les portes de la découverte", disait James Joyce... Et ce n'est jamais aisé, souvent douloureux... Nécessaire ? On s'en passerait bien...

pimienta 04/03/2007 13:37

" Einmal ist keinmal"

Gorgonzolla 04/03/2007 21:07

Une fois, ce n'est parfois pas suffisant...Mais deux fois, c'est souvent une fois de trop...