Réponse à Giusepe...

Publié le par Gorgonzolla

Une question bien directe que vous me posez  là, Maître Giusepe... Je vois aussi que vous commencez à bien me connaître, mais pour une  fois, je ne me déroberais pas...

Oui, je pense être vraiment amoureux de cette  personne... Rien à voir avec un coup de foudre ou tout autre phénoméne météorologique du même acabit qu'on associe souvent à l'amour...  En l'occurence, il s'agit davantage d'un sentiment qui s'est développé très progressivement, s'ancrant aujourd'hui en moi d'autant plus profondément qu'il s'est construit lentement et est mûrement réfléchi.

En relisant les précédents articles sur plusieurs mois, et en essayant de prendre le  recul nécessaire, je revis exactement cette lente cristallisation dont je reconnais distinctement les principales caractérisques pour l'avoir déjà  vécue quelques rares fois... Finalement, ce sont toujours les mêmes interrogations, les mêmes incertitudes, les mêmes hésitations qui reviennent...

Je ne franchis pas facilement ce premier pas évoqué dans l'un de mes précédents articles...  A un tel point que l'avoir fait est pour moi suffisamment révélateur sur la nature exacte de mes sentiments.

Dans ce fameux mail envoyé à ma jeune collégue, je cherchais à expliquer à mots couverts pourquoi je souhaitais mettre de la distance entre nous. J'espère qu'elle l'aura compris, je cherchais surtout à me protéger, me sentant  déjà sur une pente risquant de me mener à une impasse...

J'en parle avec détachement, comme si cette  situation pouvait encore être évitée, mais en fait, la pente, je l'ai déjà dévalée, et l'impasse, j'y suis déjà...

Je suis allé hier voir son site web, sur lequel elle met régulièrement des photos montrant  l'état d'avancement des travaux dans son appartement. J'y ai vu les photos d'un jeune  couple heureux, semblant encore insouciant. Je les imagine pressés de vivre cette expérience de la vie à deux et je ne me sens pas l'âme de me mettre entre ces jeunes gens qui ont tout pour être heureux et qui s'installent dans la vie comme tout jeune couple le ferait. Non, je ne m'en sens pas l'âme.... Par respect pour  elle. Par respect pour ses rêves. Par respect  pour les espoirs qu'elle a très certainement.

Aujourd'hui, je souhaite déjà réparer ce que par maladresse et indélicatesse j'ai malencontreusement cassé. Je souhaite effacer ce sentiment de gêne qu'il y a entre nous. Faire  disparaître cet embarras qui nous fait détourner le regard et essayer de faire lentement revenir les sourires. De façon plus concrète, je souhaite qu' elle puisse accepter de venir en pause café avec moi et qu'elle n'ait plus à s'excuser d'un timide "non merci" qui me tord le coeur. J'aimerais pouvoir retisser ces liens spéciaux  qui nous liaient, qu'on puisse  enfin retrouver cette relation naturelle qui existait entre nous avant...

C'est peu et beaucoup à la fois, mais je pense que ce sont des étapes à respecter...

Hier, je me suis reconnecté à Google Talk. Entre 21h et 01h du matin. Dans l'espoir de pouvoir dialoguer un peu avec elle, mettre les choses à plat. Rendez vous manqué, hélas... 

Mon profil Google ne comportait pas de photo, j'en ai profité pour y ajouter un avatar, comme pour lui laisser une trace de mon passage sur Google Talk.

Ce matin, nous avons pris par hasard le même bus pour arriver au bureau. Des sourires  timides ont été esquissés de part et d'autre, mais la gêne apparente n'était pas facile à  gérer et la discussion, un peu plate, a été ponctuée par de longs silences... Parfois, j'aimerais vraiment pouvoir être dans sa tête,  savoir pourquoi prendre un café avec moi (je lui en ai reproposé un ce matin) l'effraye autant... Car ce n'est pas parce que je suis plus âgé qu'elle que j'ai moins peur...
 
Voyez vous, Giusepe, à ce niveau, je ne suis pas sûr qu'il s'agisse d'orgueil...

 

 

<< Précédent - Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pimienta 16/02/2007 21:16

comment faire....si on ne peut plus s'envoyer de MP ?En tout cas je vais suivre ton blog attentivement....

pimienta 16/02/2007 21:03

mais qu'est-ce qui se passe avec Au F !Je ne peux plus te parler...j'ai essayé toute la journée (au boulot...)

hellebora 14/02/2007 00:38

Orgueil blessé ? Moi aussi je me suis posé cette question, me concernant, dans une situation analogue. Pas très agréable pour l'ego, tout ça... Mais plus qu'un ego malmené, il s'agissait surtout d'un insupportable sentiment d'incompréhension face à cette porte entr'ouverte qui jamais ne s'ouvre et jamais ne se ferme tout à fait. Comme toi je me suis enfoncée dans la procrastination, comme toi je savais que j'avais dévalé la pente, que je ne maîtrisais plus rien, ne répondait plus de rien, que j'avais le coeur et le cerveau parasités par une obsession, l'obsession de cette relation qui en était à peine une, l'obession de ce qu'elle allait devenir ou non, l'envie de la faire cesser tout en le redoutant, l'impression de vivre plus fort tout en étant en proie de façon permanente à une insupportable frustration. Alors l'orgueil, là-dedans... Amoureuse ? Je l'étais. Ca ne fait pour moi guère de doute. Retisser ces liens spéciaux, ce serait pour toi renouer avec les incertitudes, avec l'incompréhensible, avec ce flou qu'elle entretient à loisir pour des raisons qui t'échappent. C'est renouer aussi avec la complicité, la magie. Sans rien en attendre de plus ? Ce serait sans doute la voie de l'apaisement. Pas une voie qui se gagne facilement. D'après ma modeste expérience, cet état, que tu dépeins et que je connais si bien, ne dure pas toute une vie. Tu ne sais juste pas quand viendra l'apaisement. Patience, quelle que soit l'issue,  il viendra.

Gorgonzolla 17/02/2007 11:47

Exactement... Renouer avec la complicité et la magie, sans rien en attendre de plus... Prendre du recul, un peu de détachement, et laisser le temps faire son oeuvre...