Stupidité

Publié le par Gorgonzolla

Me voilà de retour avec mes croissants... (Le blog en live... Ca, c'est du concept!!!)

En attendant dans la queue à la boulangerie, j'ai eu le temps de réfléchir.. Oh! Pas très longtemps... Une petite cogitation d' 1mn30s au grand maximum... 

    • - Hypothèse de départ: Le manque de motivation de ces dernières semaines est en grande partie explicable par l'omelette norvégienne que je suis en train de me prendre à la figure... (Une tarte à la crème, ce n'est déjà pas agréable, alors je vous laisse imaginer une omelette norvégienne...) 
    • - Corollaire: Tout est dans l'image ci-contre et dans son commentaire... Je suis tombé dessus tout à l'heure, en cherchant une image pour illustrer la procrastination... "Quitters never win, winners never quit, but those who never win and never quit are idiots".... C'est cynique et caustique à la fois...
    • - Question: Les choses sont-elles si simples? Pour me sentir mieux, suffit-il que j'arrête de penser aux histoires de tante Ursule qui monopolisent pas mal de mes ressources intellectuelles ces derniers temps?

A priori, oui, mais ce n'est pas chose aisée, car on n'agit pas aussi facilement sur ses pensées... Vous avez du vous en apercevoir en me lisant... Depuis quelque temps, le même sujet revient toujours,  telle une musique lancinante qu'on n'arrive pas à se sortir de l'esprit...

Allez, zou, opération "Rangement d'appartement", maintenant...

 

 

<< Précédent - Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lalalala72 10/02/2007 15:07

c'est malin, tellement inspirée par ton histoire et dans la hâte, en plus j'ai fait des fautes, beurk, sorry !!

Gorgonzolla 11/02/2007 11:28

C'est là tout le probléme des relations à sens unique... 
Elles sont déséquilibrées car les espoirs et les attentes sont différents de part et d'autre...
Elles font souvent  mal car  l'absence de réciprocité dans une relation  blesse toujours profondément, aussi inconditionnelle que puisse être cette relation...
Et une fois pris au piège, on a un peu l'impression de tourner en rond  et de ne pas pouvoir avancer... C'est à la fois frustrant et usant... 
Le plus difficile, c'est de sentir son esprit complétement obnubilé par cette relation, d'avoir ce sentiment extrêmement démoralisant  de boucler et reboucler sur les mêmes pensées. Le plus dur, c'est  alors de se forcer à orienter ses reflexions ailleurs, d'essayer de le faire, ne pas y arriver et ne pas savoir quand on va y arriver...
Mais bon, ton histoire semble être toute différente...

lalalala72 10/02/2007 15:04

moi j'ai mangé des épinards et je me demande si je vais aller au ciné ou rester scotchée devant cet ordi... Gorgonzolla je viens de passer plusieurs heures (?) devant ton blog, j'ai la bouche seche, pour TOUT lire arghlrgllr.
Emotionnée toute et souriante et un peu l'oeil humide, je t'avais adressé hier ainsi qu'à des comparses aufémininiennes.com un nouveau post immensément long dans les discuss "L'amour au bureau" (comme si tu avais réuni chaque épisode de la "jeune collègue" en un post, ouch) car j'avais trouvé des commentaires extra ("romantica")...
Il y a quand même quelques courageux (ou insomniaques, ou maso) qui m'ont lue alors si le coeur t'en dis, je t'en prie, mes tergiversations, mes interprétations, mes accumulations comme autant de symboles te rappeleront sans doute quelque chose !!
Que d'atermoiements dans votre relation : ta petite collègue tient les reines, et je serais un poil moins indulgente que les autres... c'est très confortable de vivre cette (attention invention de mots mais j'ai le droit na !) "complétude" : avec son ami, c'est calme, serein, rassurant, connu, baigné du symbole plus qu'essentiel du foyer, de l'appartement/maison, les travaux en ajoutant une bonne couche (projet commun, construction du nid ect...), tandis qu'avec toi c'est le flou, le non-dit, l'aventure presque... C'est terriblement classique et malgré que tu la voies très mature pour 25 ans, elle n'a ... que 25 ans... Dans 10 ans elle s'imaginera sans doute te prendre sur le bureau, t'arracher ta cravate et te baver dans le cou (lis tous les posts dans aufeminin.com dans "l'amour au bureau" c'est édifiant, (je me demande même si ta dulcinée n'a pas posté (une jeune femme qui est depuis 7 ans avec son ami qu'elle aime mais avec qui elle emménage tout en étant atrocement troublée par so collègue...) !!!), mais là elle n'en est certainement qu'à se contenter d'un fantasme qui la valorise et créé un contraste utilie avec son installation. Je pense que tu lui plais, tu la troubles, elle doit vivre ses tourments également, mais sans doute de manière fantasmagoriques, le quotidien, le concret solide, elle l'a.
Bon c'est un peu tout mélangé tout ça mais faut que j'aille me faire une tisane, et que je repose mes yeux et mes ptis doigts,aga.

pimienta 10/02/2007 13:54

On en est tous là à un moment où à un autre...moi :tiens il faudrait que je fasse une lessive.Oui mais après il faudra que je fasse sécher le linge, et donc l'étendre sur le séchoir, séchoir qui trônera dans mon appartement, et si j'avais des visiteurs ?J'ai pas forcément envie de leur présenter mes sous-vêtements...donc pas de lessive aujourd'hui  !Quoi d'autre ?Ah oui, les jouets de ma fille qui traînent un peu partout...ah quoi bon les ranger puisqu'elle va tout ressortir dans une heure !Quand au courrier, je laisse mon compagnon s'en occuper, il fait ça tellement mieux que moi !Bon allez, je vais quand même faire la vaisselle...

hellebora 10/02/2007 13:04

Précision : cette image me réjouit. Belle trouvaille qui me fera la journée :)

Gorgonzolla 10/02/2007 14:23

J'en ai d'autres à ta disposition... Je suis tombé sur un véritable filon... Mais bon, je crois que je vais les réserver pour d'autres articles!

hellebora 10/02/2007 12:58

Un parasite ! C'est comme si t'avais chopé un parasite. Un truc qui te squatte les pensées, en boucle, qui t'empêche d'avancer comme tu voudrais, une pompe à énergie. Et puis parfois, un sursaut : zou ! Courage.