La tante Ursule est une vieille peau...

Publié le par Gorgonzolla

J'ai été plutôt silencieux ces derniers temps... Mais vous qui me lisez et commencez à me connaître, vous aurez sans doute compris que c'était surtout pour prendre un peu de recul et de détachement...

Car les histoires se suivent mais ne se ressemblent pas...

Cette dernière histoire me semblait plutôt claire. Aussi ai-je été très surpris qu'une semaine après, elle n'en soit pas pour autant terminée...

Dans mes derniers posts, j'évoquais la distance que ma jeune collégue semblait vouloir mettre entre nous... Très étrange comme sensation... On a un peu l'impression de marcher dans du vide, de ne pas savoir si en faisant le prochain pas, on ne va pas s'enfoncer dans un gouffre sans fin....

On prend toujours le café ensemble. Moins fréquemment, mais cela reste toujours un moment agréable.  On déjeune toujours ensemble et notre relation reste très cordiale..

Vu de l'extérieur, tout semble inchangé. Par contre, vu de l'intérieur, j'ai bien l'impression qu'il y a quelque chose de cassé... Les regards sont moins brillants, se font plus rares et sont toujours un peu gênés...Elle ne lance plus le "hop hop hop " donnant le signal du départ et s'éclipse toujours subrepticement, me laissant seul face à mes interrogations... De mon côté, j'essaye aussi de mettre un peu de distance entre nous.

Rien de bien anormal, me direz vous...Effectivement, je pense que cette petite sensation de gêne est même ce qu'il pourrait y avoir de plus normal...

Par contre, ce que je trouve étrange, c'est que de temps à autre, je perçois de sa part des tentatives de rapprochement dont je ne comprends pas encore très bien la signification.

Elle m'a ainsi invité à participer à une conférence avec elle, elle pense à me rapporter des épisodes de séries TV, initie de temps en temps des petites discussions par chat, me tend des perches en me faisant remarquer que cela faisait longtemps qu'on n'avait pas fait une grille de Loto ensemble...

J'y réponds toujours avec plaisir mais j'ai la bizzare impression qu'on se tourne autour, qu'on se cherche... Je n'ai pas envie de me brûler encore une fois. Du coup, j'essaye de maintenir une certaine distance et je dois avouer que cela me pourrit bien la vie ces derniers temps...

Des fois, je fais exprès de partir du bureau avant elle sans un mot. Le lendemain, c'est elle qui file à l'anglaise en premier. En deux semaines, on est rentré une seule fois ensemble..  J'apprécie toujours autant sa compagnie, je la trouve toujours aussi charmante, mais je ne souhaite pas me diriger vers une voie sans issue, à rester ainsi à ses pieds à cristalliser pendant des années...

Ce soir, je lui ai proposé de rentrer ensemble. Elle m'a dit que je n'étais pas obligé de l'attendre mais qu'elle en avait encore pour 10mn. Je lui ai répondu que je l'attendais et lui ai dit de prendre son temps.  Je ne sais pas ce qui m'a pris, vingt minutes plus tard, je lui  souhaitais une bonne soirée, lui expliquant que je devais y aller car sinon, j'allais me mettre en retard... (En retard pour quoi?  Pour écrire mon blog, peut-être?)

Je me sens un peu perdu et j'ai peur de mettre un doigt dans l'engrenage de la surenchère dans la gaminerie. Alors que tout pourrait être si simple.

Bon, pour l'anecdote, le soir où on aurait du aller le voir ensemble, je suis quand même allé voir "Prête moi ta main" .  J'y suis allé seul. 

Cela m'a un peu gâché le film de le voir sans elle, mais tant pis, ainsi va la vie... J'avais réservé ma soirée, et du coup,  je me suis dit qu'il valait mieux aller le voir plutôt que de se morfondre à ne rien faire...

Merci pour vos commentaires et vos décryptages de cette situation très étrange...

 

<< Précédent - Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Hellebora 15/12/2006 22:45

Bon, moi je reviens avec mon point de vue de fille. Je suis allée voir le site, ce jargon marketing US le rend très vite illisible et fatiguant, je trouve. sur le fond, y'a pas QUE des conneries mais y'a AUSSI beaucoup de conneries. Le postulat de base, c'est que la donzelle est une proie. Ah, ah ! Parfois elle est chasseuse, aussi ? Et puis parfois, personne ne chasse personne, c'est juste une évidence, c'est en cela que ton histoire, marquis, résonne chez moi. Pas de chasseur (chasseuse) pas de chassé(e) mais une évidence qui ne se concrétise pourtant pas forcément parce que la vie (et les gens qui la font) souvent c'est compliqué. Bien plus compliqué que du jargon marketo-pompeux d'ex (du moins le prétendent-ils) rateaux-men quelque peu pathétiques qui se la jouent j'ai-tout-compris-de-toi-poupée-je-suis-un-tombeur.

Gorgonzolla 16/12/2006 15:18

La vie c'est compliqué car il y a des tordus qui font que personne ne puisse plus faire confiance à personne...  Ces sites donnant des recettes pour "faire tomber les minettes" ne contribuent pas à établir un climat de confiance entre les hommes et les femmes... Tout est calculé et minuté... Emballé, c'est pesé... On se croirait au supermarché de la drague...

Tt 12/12/2006 00:02

Ca se défend...

Tt 11/12/2006 09:33

T'as retenu la mauvaise partie du site mec!Bien sûr que ce reste des conseils techniques pour draguer, des recettes à appliquer qui ne marcheront jamais si tu n'as la foi en draguant.Nan moi je te parlais de la partie sur les mecs gentils, romantiques, sensibles qui sont amis avec une fille et qui secrètement l'aiment à la folie.J'avais pensé que tu comprendrais en lisant ça pourquoi ça n'a pas marché avec ta collègue, et pourquoi c'est certainement complètement mort avec elle maintenant...

Gorgonzolla 11/12/2006 21:08

En fait, initialement, ma collégue et moi, on s'entendait bien et  on s'appréciait mutuellement. Comme de simples collégues...
Mes sentiments pour elle sont venus très progressivement, au fur et à mesure que je l'ai découverte.  Je pense qu'elle aussi m'apprécie beaucoup, et qu'elle ne me tient pas rigueur de ce qu'il s'est passé ces dernières semaines...
En fait, je pense l'avoir effrayée avec cette invitation au cinéma, qui a du complétement la surprendre... Effectivement, ce geste ne me ressemblait pas, pour la simple et bonne raison que l'idée ne venait pas vraiment de moi mais m'avait été suggérée par un couple d'amis à qui je m'étais confié... Pour approcher une biche sans qu'elle ne s'enfuie, il faut bien plus de tact et de délicatesse.... Je te renvoye à un de mes anciens posts  ...
Je ne regrette pas ce geste car au moins, maintenant, elle sait  qu'elle ne m'est pas indifférente...
A la base, je pense être quelqu'un de doux, sensible, mais surtout, je pense être quelqu'un de sincére....
La sincérité, c'est ce qui fait que ta gentillesse ne paraisse pas exagérée, c'est ce qui te permet de te montrer attentionné sans être non plus servile, c'est ce qui donne à tes gestes ces accents de romantisme sans cette odeur rance de "drague à la noix"... La sincérité, c'est ce qui rend de toi quelqu'un d'authentique, et moi, j'ai envie qu'une demoiselle m'apprécie pour ce côté authentique... 
Tant pis pour FTS et ses idées reçues sur les mecs gentils, romantiques, sensibles qui ne réussissent à construire avec les filles que des relations d'amitié...  En matière de séduction, je ne suis pas dans une optique d'efficacité ou d'optimisation de rendement... Du coup, je préfére rester sincére, être gentil et attentionné (ma vraie nature, mesdemoiselles ;-)  plutôt que d'adopter une attitude plus "macho" sensée mieux fonctionner...
Pour ce qui est de mon histoire avec ma collégue, une chose est sûre, elle ne semble pas encore tout à fait terminée... [...Patience, chers lecteurs, j'attends d'avoir plus de billes avant de pouvoir vous en parler...]
 

Tt 07/12/2006 21:18

Prends toi une soirée et lit en entier le sitewww.frenchtouchseduction.comC'est caricatural, tu peux te dire mais c'est qui ces mecs, ces gros connards?N'empêche qu'il y a du vrai dans ce qu'ils disent.PS. Je suis comme toi, exactement le même.

Gorgonzolla 09/12/2006 12:36

Vade retro Satanas!!
Je trouve assez amusant le jargon technique utilisé sur ces sites... Ces sites sont des sites destinés à rassurer les hommes sur leur pouvoir de séduction... Ils donnent des recettes toutes faites.. Mais bon, la séduction, c'est un peu comme la cuisine... Quelquefois, quand on suit trop la recette, en cas de faux pas, on s'embourbe et le gâteau est raté... En cuisine, il  vaut mieux comprendre les fondamentaux, connaître les produits, savoir les mélanger, savoir sortir des sentiers battus... En séduction, c'est tout pareil...

Hellebora 07/12/2006 01:27

Cher marquis, je te tutoie tant à te lire je me sens proche de toi. En version féminine. Je suis arrivée chez toi depuis chez la Souris, chez qui j'avais atterri... je sais plus. Ce que tu écris me touche. La métaphore de la porte aussi. J'ai travaillé moi aussi avec quelqu'un qui m'envoyait sur un nuage. Me faisait souffrir et m'interroger par ses apparentes volte-faces. Je n'étais pas libre, comme la jeune fille dont tu parles, mais j'aurais pu le devenir. Je ne parlais pas de celui qui partageais ma vie, pas par "coquetterie", parce que ça me semblait indécent et déplacé, vu ce qui naissait entre nous et qui a fini par être "avoué". Mais contexte trop compliqué, la porte ne s'est pas davantage ouverte sans parvenir non plus à se refermer. Un entre-deux terriblement éprouvant. Un aller-retour permament  : espoir-désespoir, enchantement-déception, rêveries-désillusions. Un sentiment ravageur, qui fait d'autant plus de dégâts quand tu sais qu'il est partagé et que pourtant rien ne sera possible parce que l'autre n'est pas prêt à en assumer les conséquences. Pour reprendre cette métaphore, c'est comme une porte entrouverte sur la caverne d'Ali Baba, mais les 40 voleurs sont là qui veillent, t'en interdisant l'accès sans pour autant te la claquer au nez une bonne fois, cette foutue porte. Alors je te comprends. Je crois que je comprends la jeune fille, aussi. Difficile de se soustraire à l'attirance, aux bons moments qu'on voudrait multiplier à l'infini. Parfois on s'y contraint, dans l'espoir d'arrêter de souffrir. Et lon revient à l'autre, l'attirance est trop forte. On marche sur des oeufs, on évite les questions qu fâchent, les confrontations qui pourraient "tout" gâcher. Et quel est ce "tout" ? Si peu et tellement à la fois. Une terrible valse-hésitation. Je compatis. Que te dire d'autre ? On y apprend sur soi-même. Dans la douleur. Alors oui, je compatis. Pour toi. Pour elle, aussi.

Gorgonzolla 09/12/2006 12:27

Il y a effectivement certaines similitudes avec la situation que tu as décrite... Tu n'imagines pas à quel point ce que tu racontes me semble familier... A côté de cela, c'est bien elle qui freine des quatre fers...  Je comprends que pour elle une telle situation ne soit pas facile à gérer, qu'elle puisse se sentir perdue... Mais je ne suis pas pressé...