Coeur d'artichaut...(épisode 11: Pauvre pomme!)

Publié le par Gorgonzolla

"Voilà, comme cela, tout est plus clair (!)"

Il lut et relut cette dernière phrase à plusieurs reprises... Un peu comme on relit à haute voix une énigme pour bien s'en imprégner ... Il y avait peut-être des subtilités cachées dans l'énoncé...  Il eut beau chercher, il n'en trouva pas... Construction grammaticale simple, syntaxe élémentaire, tournure directe, vocabulaire courant ... Pas d'ambiguité possible, cette phrase était bien moins sibylline qu'elle ne le paraissait... D'ailleurs, le point d'exclamation semblait même vouloir en rajouter... "Tout est plus clair, au cas où cela ne l'était pas avant, pauvre pomme..." 

Il eut alors l'impression de tomber du haut d'un immeuble de plusieurs étages... Le genre de chute qu'on vit  souvent mentalement lorsqu'on rêve, vous savez, cette chute vertigineuse et sans fin qui vous coupe le souffle et vous réveille en sursaut...

Un quart d'heure plus tard, il rassembla ses affaires et rentra chez lui, la tête pleine de questions métaphysiques... Une fois de plus, il s'était fourvoyé, voyant des signes là où il n'y en avait pas, vivant une histoire qu'il s'était inventée tout seul... Que la réalité est dure parfois...

Le week-end fut long et plein d'interrogations...

Lundi matin, il répondit à son mail... Il s'excusa d'abord de sa maladresse. (Une pomme, hélas, ce n'est jamais très malin...)  Il lui expliqua ensuite qu'il avait simplement l'intention d'éclaircir cette situation de non-dit qu'il sentait exister entre eux, qu'il ne mettait pas de barrière entre sphère professionnelle et sphère personnelle car les collègues pouvaient devenir des amis, l'inverse étant d'ailleurs possible aussi. Il termina en regrettant qu'elle ne le considére qu'en tant que collègue car lui, l'appréciait bien davantage.

Les semaines suivantes furent très étranges... Des efforts furent faits des deux côtés... Il cherchait à dédramatiser la situation, pour permettre de rétablir entre eux des relations saines et  voyait bien qu'elle, aussi, de son côté, essayait  de se comporter avec lui comme si rien ne s'était passé...

Le respect mutuel se réinstalla rapidement entre eux...

 

[La suite, au prochain épisode]

 

<< Précédent - Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Souris Blonde 29/09/2006 14:23

Pfff... Les lacets, c'est nul... C'est super long à enlever et à remettre... Laisse ça aux corsets !

La Souris Blonde 28/09/2006 12:27

Au passage, les plis de ton pantalon tombent impecablement. Et le masque vénitien, très classe. On devrait en répandre l'usage dans les bureaux.

Gorgonzolla 28/09/2006 19:42

Merci.. Il n'y a que les chaussures que je n'aime pas trop...  La forme est sympa, classique, mais je cherche plutôt une paire à lacets et non pas une paire avec le machin qui brille... Les chaussures, très important...

La Souris Blonde 28/09/2006 02:08

J'admire ta diplomatie... Surtout après un coup comme ça, toujours dur à encaisser! Déjà, se rendre compte que les sentiments ne sont pas partagés, c'est un choc, mais quand cette vérité vous est assénée aussi brutalement...Au fait, la saison des noix, c'est aussi la saison des pommes. Heureusement, si j'ose dire.

Gorgonzolla 28/09/2006 07:10

Ce n'est jamais très agréable d'être ramené aussi brutalement à la réalité...  Mais apprécier quelqu'un signifie d'abord le respecter, respecter ses choix, respecter ses décisions. Sans cela, on se retrouve très rapidement au niveau du mauvais marchand de tapis cherchant absolument à refourguer sa camelote à un passant pas intéressé... Il n'y a pas obligation d'achat!