Manque d'inspiration....

Publié le par Gorgonzolla

inspiration.JPGLes crises subites de léthargie gorgonzollesque, ce n'est pas bon pour les statistiques  de fréquentation du blog... Oh, non...  <petit hochement de tête de gauche à droite>...  pas bon du tout...

Car les gens, ils veulent bien revenir une fois, deux fois, trois fois pour vérifier les mises à jour de leur blog favori... Mais au bout d'un certain temps, s'il n'y a toujours pas de nouvel article publié, dans un éclair de lucidité, ils  finissent quand même par se dire:  "Non, mais... De qui se moque-t-on ici?  Maintenant, c'est décidé: s'il n'y en a pas à midi, je change de crémerie!!"

C'est vrai quoi... Que diriez vous de votre boulanger si à chaque fois que vous venez chercher un croissant, il vous disait le sourire aux lévres: "Ah désolé, je n'en ai pas fait aujourd'hui, mais revenez demain..."

Bon, il faut le reconnaître, la mise à jour de ce blog, c'est vraiment une catastrophe ces derniers temps... Comme d'habitude, pas grand chose à la décharge du fainéant de scribouillard  qui rédige ces articles à ma décharge... Une horloge qui tourne toujours un peu trop vite... Et puis très certainement, une légére baisse d'inspiration et de motivation ces derniers temps..

Vous savez, l'approche de l'hiver, le changement de luminosité, les jours qui raccourcissent, l'arrivée du froid, tout ça, tout ça... Oui, ça doit être ça... Ca n'a l'air de rien, mais l'hiver et tout ses signes avant-coureurs, ça doit très certainement jouer sur l'inspiration...

C'est très curieux, l'inspiration... D'habitude, j'ai l'écriture plutôt facile, je parviens sans trop de difficulté à écrire sur tout et sur rien... D'ailleurs, écrire sur rien, je pense même que j'y arrive assez bien...

Mais là, depuis quelques jours, et bien justement, rien de rien... Le vide total... L'impression de se retrouver seul devant la blancheur des steppes ukrainiennes... Une très étrange blancheur... Une blancheur s'étendant à perte de vue... Une blancheur complétement ouatée, presque éblouissante, un peu planante...  Une blancheur vertigineuse mais très rapidement angoissante... Celle de la page blanche... 

Les phrases qu'on commence à écrire et qu'on efface aussitôt... L'impression d'aller à la chasse au papillon à chaque fois qu'on cherche le mot juste... La frustrante impression d'avoir des choses à écrire et de ne pas réussir à le faire comme on le souhaiterait... L'impression de se retrouver devant son clavier comme une poule venant de trouver un couteau...

A ce sujet, je rassure rapidement Jerry et les autres lecteurs... Non, non, il n'y a pas d'os... Le lapin ne semble pas effrayé... Et il continue à gambader gentillement ici et là...

Davantage de nouvelles la prochaine fois...  



<< Précédent
- Sommaire - Suivant >>

Publié dans Un peu de fromage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tom 26/12/2007 20:19

Hmm....
Tu veux que je te rappelle avec quoi on tient notre blog depuis six mois ?

Gorgonzolla 31/12/2007 19:40

C'est vrai... Mais dans votre histoire, il y a un petit côté complétement surréaliste qui fait qu'on revient... Juste pour savoir jusqu'où ça ira...

quatre-vingt dix-sept 17/12/2007 22:48

completement d'accord avec grenouille, un peu d'action ne ferait pas de mal!!!!

Gorgonzolla 31/12/2007 19:38

Bon, pas d'affolage,  ce n'est pas une grève sauvage des scénaristes...C'est juste que le lapin est parti en vacances... Et comme c'est un peu l'acteur principal..

Grenouille 17/12/2007 14:18

Tu n'as qu'a accélèrer le rythme de ton histoire pour avoir plein de choses interessantes à raconter!!

Gorgonzolla 17/12/2007 22:32

[...]Travaillez à loisir, quelque ordre qui vous presse,Et ne vous piquez point d’une folle vitesse ;Hâtez-vous lentement ; et, sans perdre courage,Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage :Polissez-le sans cesse et le repolissez ;Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.[...]L'Art Poétique, Boileau

Jerry 16/12/2007 18:41

Ah oui, mais c'est drôle, ce que tu dis là... Tu parles d'inspiration, comme si ton histoire de coeur d'artichaut était une fiction... Alors finalement, la romance des abricots-lapin-couteau, ce serait de la pure invention?

Gorgonzolla 16/12/2007 21:39

Quand je parle de manque d'inspiration, il ne s'agit pas de source d'inspiration...  Les abricots, le lapin, la poule et le couteau, tout est bien là, et tout est réel, bien sûr... En fait, mon manque d'inspiration est d'un tout autre ordre...  Je me demande comment continuer à intéresser mes lecteurs avec une histoire qui avance à si petits pas...  Mon manque d'inspiration, ce n'est pas tant de trouver que raconter, mais plutôt comment le raconter...